Ne nous trompons pas de combat

Suite à l’annonce du premier ministre le samedi 14 Mars 2020 de fermer les lieux de rassemblement; la plupart des Assemblées chrétiennes ont décidé de fermer les portes de leurs locaux, appelés plus couramment églises.

Certains d’entre nous peuvent être confus dans leur âme entre le fait d’obéir aux autorités et de ne pas sous estimer la puissance et l’autorité de Dieu. Ceux-ci, ne comprennent pas toujours cette décision, et vivent cela comme une persécution ou un manque foi des responsables et pasteurs; en s’appuyant sur le verset dans actes 5 : 29 où l’apôtre Pierre, devant le grand prêtre qui leur demandait de ne plus enseigner au nom de Jésus, répondit , «Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes».

Le contexte de cette parole et ce que nous vivons aujourd’hui sont totalement différents.

Nous sommes en quelque sorte obligés de changer nos traditions: «Dimanche matin» «10h» «Dans un même lieu» … Jésus nous dit dans Marc 7.9 «Ah ! Vous réussissez parfaitement à mettre de côté le commandement de Dieu pour établir votre propre tradition! » .

Notre combat n’est pas de préserver une tradition, qui n’est pas en danger, mais d’annoncer La Bonne Nouvelle. Ne nous trompons pas de combat et ne nous battons pas pour préserver des traditions et des habitudes. Si notre relation à Dieu dépend de nos réunions (Dimanche, Groupe de prière, de maison) je pense qu’une remise en question est nécessaire.

Unissons-nous en esprit dans la prière pour que les malades soient guéris et pour que le plan que Dieu a pour cette situation ne soit pas bloqué par nos propres convictions. Même si nous avons l’impression de naviguer à l’aveugle dans cette situation inédite pour nous, notre Dieu a déjà prévu un plan pour son Église. Nous avons eu Samedi dernier dans les locaux de Fleuves d’eau Vive une conférence sur les médias durant laquelle le sujet sur la diffusion et la réalisation de cultes en direct a été évoquée, conférence qui a réunie plusieurs églises de la région. Restons confiants, et dans la paix de notre Dieu ; il connaît nos besoins avant même que nous lui demandions quoique ce soit.

Que la grâce et la paix de notre Jésus soit manifestée parmi nous.