Quel repos !

Derrière les grands cantiques que nous chantons parfois avec légèreté, ou enthousiasme , se cachent souvent des histoires personnelles remarquables. Ce cantique, « Quel repos » n’y fait pas exception. Il est né d’une histoire dramatiquement émouvante et ô combien spirituelle.

L’auteur, Horatio G. Spafford (1828-1888), était un fervent chrétien, avocat célèbre établi à Chicago. Avec son épouse Anna et leurs quatre filles, ils sont d’éminents partisans et amis proches de l’évangéliste D.L. Moody. Au printemps 1871, Spafford investit dans l’immobilier au nord de Chicago. En octobre de la même année, le grand incendie de Chicago réduit la ville en cendres et c’est la faillite pour la famille Spafford.

En 1873, ils décident de partir se reposer en Angleterre pour aller accompagner D.L.Moody qui allait y mener une campagne d’évangélisation. Pour raisons professionnelles de dernière minute, Horatio Spafford n’a pu prendre le bateau. Ainsi, sa femme embarque seule avec ses quatre filles: Annie, 11 ans; Margaret, 9 ans; Elizabeth, 5 ans et Tanetta, 2 ans. Le 22 novembre 1873, en pleine traversée de l’Atlantique leur bateau Ville du Havre est heurté de plein fouet par un autre navire. Ville de Havre coule en 12 minutes. 226 personnes perdent la vie dont les quatre filles de Spafford Anna Spafford est alors sauvée par un autre bateau qui croisait dans les parages. Dès son arrivée en Angleterre, elle envoit un télégramme à son mari commençant par « Sauvée, seule. »

Une inspiration divine.

Informé du drame, Horatio Spafford s’embarque alors immédiatement pour l’Angleterre afin de rejoindre sa femme. Alors qu’il approchait de la zone de l’océan où l’on pensait que le navire transportant ses filles avait coulé, Dieu lui inspire ces quelques vers: « It is well with my soul » (« Quel repos d’être en toi ») .

À la suite du naufrage et de retour aux Etats Unis, les Spafford reprennent lentement le cours de leur vie. Anna donne ainsi naissance à trois autres enfants: Horatio-Goertner, Bertha et Grace. En août 1881, cherchant un lieu de paix et de restauration, les Spafford quittent les Etats-Unis et partent s’installer à Jérusalem.

Un destin peu ordinaire.

Avec un groupe de treize adultes et trois enfants, ils fondent une Colonie américaine. Rejointe plus tard par des chrétiens suédois, cette colonie est engagée dans des activités philanthropiques qui rassemblent les juifs, les musulmans et les chrétiens. Après la première guerre mondiale, la Colonie américaine a joué un rôle essentiel dans le soutien de ces communautés par des soupes populaires, des hôpitaux et des orphelinats.

Après des décennies d’activités bienveillantes, la colonie a cessé d’être une société communautaire dans les années 1950, bien qu’elle ait continué dans une seconde vie comme l’American Colony Hôtel, le premier foyer des pourparlers entre la Palestine et Israël qui ont finalement mené aux Accords de paix d’Oslo en 1983.

Aujourd’hui, ce cantique est chanté dans le monde entier et a été traduit dans la plupart des langues. D’une situation de drame terrible, Dieu a inspiré Horatio Spafford pour un chant remarquable dont on peut savourer chaque parole et les faire sienne.

Paroles du cantique « Quel céleste repos ».

Quel repos, quel repos, (x2)
Quel repos, quel céleste repos!

1. Quel repos céleste Jésus, d’être à Toi!
À Toi pour la mort et la vie,
Dans les jours mauvais de chanter avec foi:
Tout est bien, ma paix est infinie!

2. Quel repos céleste, mon fardeau n’est plus!
Libre par le sang du Calvaire,
Tous mes ennemis, Jésus les a vaincus,
Gloire et louange à Dieu notre Père!

3. Quel repos céleste! Tu conduis mes pas,
Tu me combles de Tes richesses,
Dans Ton grand amour, chaque jour Tu sauras
Déployer envers moi Tes tendresses.

4. Quel repos céleste, quand enfin, Seigneur,
Auprès de Toi j’aurai ma place,
Après les travaux, les combats, la douleur,
À jamais je pourrai voir Ta face!

La musique de ce cantique a été écrite par l’auteur-compositeur gospel Philip Bliss (1838-1876)

– Pour écouter en Français

– Pour écouter en anglais

– Pour écouter en Tahitien