Un quai vide !

L’autre jour à Fleuves d’Eau Vive, dans un temps d’adoration et de louange collectif, je reçu une sorte de songe. Voici brièvement la scène.

C’était un quai de gare à l’ancienne, avec une voûte très haute et large. Tout au fond vers la sortie de la gare, on devinait une large clarté, ou un franc soleil qui dominait . Un train des années 40 était à quai. La grosse locomotive fumait, les portes des wagons étaient encore ouvertes et on pressentait l’imminence du départ.
A mon grand étonnement, mon regard fut porté sur le quai. Il était vide! On sentait que quelques minutes plus tôt le quai était noir de monde. Les voyageurs venaient juste de monter à bord. Certains passagers en avaient manifestement aidé d’autres : les personnes âgées , les enfants, les mamans enceintes, ceux qui avaient de gros bagages, etc. Tous étaient à bord. Alors, le train commença à se mouvoir avec lenteur et certitude. Le songe s’arrête sur cette image.

Je demandais à Dieu ce que signifiait ce songe. J’eus l’impression qu’il s’agissait d’un encouragement pour l’Eglise à inviter les gens à monter à bord du train de la vie éternelle. Une invitation pressante, car le train était déjà en mouvement, mais avec Dieu aux commandes qui va ouvrir des chemins dans le cœur des gens.

Ayant bien compris qu’il s’agissait d’une exhortation, je me fis plus attentive à la voix de Dieu dans les jours qui suivirent. Deux jours après , à la sortie du culte chez Fleuves d’Eau Vive, Dieu me dirige vers une personne qui n’était « jamais montée dans ce train ». Avec audace, je l’invite à grimper les marches du wagon. Elle accepte, bouleversée de comprendre que sa place l’attendait dans le train. Quelques jours plus tard, une autre situation se présente. Je raconte simplement ce songe à une personne incroyante qui déclare alors publiquement qu’elle ne veut pas rester sur le quai de la gare. Elle aussi veut la vie éternelle !

Il reste encore un peu de temps. Invitons largement autour de nous ceux qui peuvent monter dans le train. Dieu est en train de maintenir les portes ouvertes. Profitons-en !

NG.